Immobilier dans l'Oise : c'est le moment d'acheter !

Publié le 30 Juillet 2016

Partager :
Immobilier dans l'Oise : c'est le moment d'acheter !

L?immobilier se porte mieux. » Tel est le constat établi par les notaires de l?Oise. « Nous avons enregistré une augmentation du volume des transactions en ce début d?année 2016, confirme MeMarie-Claire Trubert-Martin, présidente de la chambre des notaires de l?Oise. D?avril 2015 à avril 2016, il y a eu 115 700 ventes de maisons individuelles, soit une augmentation de 13,8 %. » Un regain d?intérêt pour la pierre encouragé par les notaires qui donnent tous le même conseil : « C?est le moment d?investir ! »

Pourquoi acheter ? Pour un faisceau de raisons qui favorisent les acheteurs. « La première chose, ce sont les taux d?intérêt, souligne Me Marie-Claire Trubert-Martin. Ils n?ont jamais été aussi bas qu?en ce moment. D?autre part, même si les droits de mutation ont augmenté en mars 2014, les honoraires des notaires ont, eux, diminué de 1,40 % au 1er mai 2016. »

Surtout, les prix déraisonnables sont désormais de l?histoire ancienne. « Même si on observe une reprise du marché de l?immobilier, il n?y a plus de prix très élevés comparables à ceux que l?on trouvait dans les années 2007-2009, et à un degré moindre fin 2011, début 2012, reprend Me Marie-Claire Trubert-Martin. On commence à en retrouver certains relativement élevés, mais dans l?ensemble, ils ont tendance à stagner depuis 2013. Toutefois, on enregistre une augmentation de l?indice de prix de 2,6 % sur ce début d?année. » Même si cette amélioration se confirme dans les mois à venir, l?acquisition sera toujours conseillée.


Contenu sponsoriséRecyclez avec Eco-systèmesEn savoir +

En savoir +
by

 


 

p>Où acheter ? Comme d?habitude, le sud de l?Oise demeure plus prisé que le reste du département. « C?est là que l?on retrouve les prix les plus élevés, souligne Me Marie-Claire Trubert-Martin. Le prix médian à Lamorlaye est à 441 400 ?, et a augmenté de 20 %. Malgré cela, il y a des exceptions et des affaires à réaliser dans le sud de l?Oise. C?est le cas à Gouvieux, où le prix médian a diminué de 7 % (280 000 ?). Ou encore dans le Valois, notamment à Crépy-en-Valois, où le prix médian diminue de 5 % (195 000 ?). » Les prix des maisons neuves continuent leur chute (- 8,9 %). Tout comme les terrains à bâtir (- 10 %), avec une moyenne de 100 ? le m².

 

Même si les prix baissent, le sud Oise reste bien plus cher


Pour Philippe Letellier (à droite), négociateur pour Flint immobilier à Chantilly, c?est le moment d?acheter. « Les pics qui ont été atteints il y a deux ou trois ans ont été nivelés », estime-t-il.

Dans le sud Oise, autour de Chantilly et Lamorlaye, les prix de l?immobilier accusent une baisse ces derniers mois. « Jusqu?à 25 % dans Le Lys, estime Philippe Letellier, négociateur pour Flint immobilier installé dans la cité du cheval. Une maison de 200 m² avec 5 000 m² de terrain, proche du centre-ville, se vend aujourd?hui autour de 850 000 ? quand elle en vallait un million il y a deux ou trois ans. » Ce serait donc le moment d?acheter : « Les pics qui ont été atteints il y a deux ou trois ans ont été nivelés ».

Mais le nombre de ventes n?a pas augmenté de façon significative pour autant. « Les prix baissent, oui. Mais ils n?ont rien de comparable avec ceux pratiqués dans le reste du département », rappelle Eric Cauchy, directeur des agences Guy-Hoquet, qui n?a pas observé de mutation de clientèle. « Les gens qui achètent dans le secteur aujourd?hui ont sensiblement le même profil qu?il y a deux ou trois ans. » C?est-à-dire un couple dont l?un au moins travaille en région parisienne.

D?autant que la baisse intervient sur des prix souvent jugés trop élevés, même par les professionnels. « Certaines maisons sont restées à la vente durant plusieurs années », assure Philippe Letellier. D?autres le sont d?ailleurs encore. C?est le cas de celle de Michel Lesage, qui vient de baisser une nouvelle fois le prix de sa maison de sept pièces, sur 1 154 m² de terrain, à Lamorlaye, en vente depuis un an et demi. « J?avais demandé plusieurs estimations et je l?ai mise un peu au-dessus, en pensant que les gens chercheraient à négocier. C?était une erreur. Je n?ai eu aucune proposition. » La maison vient de passer symboliquement sous la barre des 400 000 ?.

 

  leparisien.fr

Partager :